Mot : rām

राम rām (sanskrit) n. m.

  1. a. m. n. f. rāmā agréable, charmant ; plaisant, beau
  2. m. plaisir
  3. myth. [Rām.] np. du roi Rāma «le Charmant», 7e avatāra de Viṣṇu au tretāyuga ; fils de Daśaratha roi d'Ayodhyā de la lignée solaire [sūryavaṃśa] et de la reine Kausalyā, il est né à midi le 9e jour du mois caitra sous le nakṣatra punarvasu ; son guru était Viśvāmitra, avec qui il se rendit à Mithilā ; il épousa Sītā, fille du roi Janakarāja, en gagnant un concours d'archerie, où il banda, et cassa, l'arc Ajagava de Śiva ; à Paraśurāma indigné qu'il ait manqué de respect envers son guru Śiva, et le défiant, il arracha l'arc de Viṣṇu ; Sītā lui donna pour fils Kuśa et Lava ; Daśaratha sur ses vieux jours fit de Rāma son héritier ; mais sa seconde femme Kaikeyī, lui rappelant sa promesse d’exaucer un vœu, l'obligea à laisser le royaume à son fils Bharata ; Rāma s'exila volontairement avec Sītā et son frère Lakṣmaṇa, Bharata assurant la régence ; Rāma vécut avec eux comme ermite dans la forêt Daṇḍaka, dans un ermitage sur la rive de la Godāvarī, où il tua de nombreux démons, et not. l'ogresse Tāṭakā et ses fils ; l'ogre [rākṣasa] Rāvaṇa, roi de Laṅkā, décida de les venger, et déguisé en ascète, enleva Sītā et la transporta à Laṅkā dans son char volant [vimāna] ; Rāma et Lakṣmaṇa partirent à sa recherche avec l'aide du roi des singes Sugrīva et de son général le fidèle Hanumān, qui franchit le détroit en volant et retrouva Sītā ; l'armée des singes construisit une jetée de pierres [setu] pour franchir l'océan, et après une grande bataille Rāvaṇa fut vaincu par Rāma ; cette victoire est célébrée à la fête de daśāha ; Sītā, répudiée par Rāma, se jeta au bûcher, mais Agni l'épargna, et elle fut réunie à Rāma, qui reprit son trône à Ayodhyā pour un long règne de justice ; Rāma est l'archétype du Roi Juste de Droit Divin

Origine de la définition

राम rāma (sanskrit)

  1. a. m. n. f. rāmā agréable, charmant ; plaisant, beau
  2. m. plaisir
  3. myth. [Rām.] np. du roi Rāma «le Charmant», 7e avatāra de Viṣṇu au tretāyuga ; fils de Daśaratha roi d'Ayodhyā de la lignée solaire [sūryavaṃśa] et de la reine Kausalyā, il est né à midi le 9e jour du mois caitra sous le nakṣatra punarvasu ; son guru était Viśvāmitra, avec qui il se rendit à Mithilā ; il épousa Sītā, fille du roi Janakarāja, en gagnant un concours d'archerie, où il banda, et cassa, l'arc Ajagava de Śiva ; à Paraśurāma indigné qu'il ait manqué de respect envers son guru Śiva, et le défiant, il arracha l'arc de Viṣṇu ; Sītā lui donna pour fils Kuśa et Lava ; Daśaratha sur ses vieux jours fit de Rāma son héritier ; mais sa seconde femme Kaikeyī, lui rappelant sa promesse d’exaucer un vœu, l'obligea à laisser le royaume à son fils Bharata ; Rāma s'exila volontairement avec Sītā et son frère Lakṣmaṇa, Bharata assurant la régence ; Rāma vécut avec eux comme ermite dans la forêt Daṇḍaka, dans un ermitage sur la rive de la Godāvarī, où il tua de nombreux démons, et not. l'ogresse Tāṭakā et ses fils ; l'ogre [rākṣasa] Rāvaṇa, roi de Laṅkā, décida de les venger, et déguisé en ascète, enleva Sītā et la transporta à Laṅkā dans son char volant [vimāna] ; Rāma et Lakṣmaṇa partirent à sa recherche avec l'aide du roi des singes Sugrīva et de son général le fidèle Hanumān, qui franchit le détroit en volant et retrouva Sītā ; l'armée des singes construisit une jetée de pierres [setu] pour franchir l'océan, et après une grande bataille Rāvaṇa fut vaincu par Rāma ; cette victoire est célébrée à la fête de daśāha ; Sītā, répudiée par Rāma, se jeta au bûcher, mais Agni l'épargna, et elle fut réunie à Rāma, qui reprit son trône à Ayodhyā pour un long règne de justice ; Rāma est l'archétype du Roi Juste de Droit Divin ; cf. Karuṇasāgara, Kākutstha, Dāśaratha, Raghunandana, Raghunātha, Rāghava, Rāmacandra, Mārīca
  4. [paraśurāma] myth. np. du Bhārgava Paraśurāma «Rāma à la hache» ; cf. Jāmadagnya
  5. cf. balarāma
  6. math. symb. le nombre 3
  7. f. rāmā femme charmante.

Copié de Dictionnaire Heritage

Origine de la redéfinition

lundi 4 octobre 2021

Baba a également expliqué que vous effectuez un saut périlleux. L'image des différents clans est aussi tout à fait essentielle. Shiv Baba est le Plus élevé, et puis il y a le chignon top-knot des Brahmanes. Baba vous dit cela afin de vous l’expliquer. OK. Gardez dans votre intellect que vous êtes en train d’effectuer un saut périlleux de 84 naissances.

Points mentionnant la définition

mercredi 21 juillet 2021

Même ceux qui nettoient les latrines doivent être élevés. Il y a également la louange des villageois. Ils disent: "Rama a mangé des baies déjà à moitié mangées par un villageois." Mais il ne peut pas s'agir de Rama, ni de Shiv Baba. En revanche, il est possible que Brahma en ait mangé. Les villageois viendront. Si l'un d'entre eux apporte des tolis, comment Baba pourra-t-il les refuser? Les villageois et ceux qui sont sans vertus en apporteront et vous devrez les manger. Shiv Baba dit: Je n'en mangerai pas car Je suis Abhogta.