Les jeunes filles de Shiva et non de Krishna

Point du murli du jeudi 20 août 2020

C'est très facile pour les kumars et les kumaris. C'est pourquoi on s'est souvenu du nom "Kanhaiya" (le Seigneur des Kumaris). Tant de kumaris doivent vraiment appartenir à Shiv Baba. Krishna était un être corporel ; il ne pouvait pas avoir autant de kumaris.

Notes

kumār signifie "garçon" ou "fils".

kumārī signifie "fille".

kanyā signifie aussi "fille".

kumārī et kanyā sont donc synonymes et mettent l'accent sur la caractère non marié et vierge de la fille.

kumār met l'accent sur le caractère non marié et vierge du garçon.

Point du murli reformulé (alternative 1)

C'est très facile en fait pour les jeunes garçons et les jeunes filles, pour cette raison on a chanté aussi le nom Kanhaiyā. Certainement śivbābā aura tant de jeunes filles. Alors, Kr̥ṣṇa incarné ne peut pas avoir tant de jeunes filles.

Point du murli reformulé (alternative 2)

C'est très facile en fait pour les kumārs et les kumārīs, pour cette raison on a chanté aussi le nom Kanhaiyā. Certainement śivbābā aura tant de kanyās. Alors, Kr̥ṣṇa incarné ne peut pas avoir tant de kanyās.

Interprétation

Il est dit que Krishna a épousé 16000 femmes. La tradition voulant que les femmes restent vierges avant leur mariage. On peut dire que Krishna a épousé 16000 vierges, ses nombreuses gopis (vachères).

En réalité, Krishna était une divinité avec un corps humain. Il ne pouvait pas épouser tant de jeunes femmes.

Baba explique que cette histoire fait référence à Lui, car les hindous confondent Dieu et Krishna. Baba aura de nombreuses jeunes filles (kumaris) et de nombreux garçons (kumars) dans un nombre moindre, qui sont ceux qui l'ont reconnu tel qu'Il est vraiment, une âme, un point de lumière spirituelle, parfait et complètement vertueux.

C'est très facile pour les kumars et les kumaris de vaincre le plus grand ennemi qu'est le désir, la concupiscence, car ils n'en ont pas eu l'expérience. N'ayant pas le sanskar, le trait de caractère de la concupiscence, cela devient plus facile de faire en sorte de ne pas développer ce trait de caractère.

Pour les kumars et les kumaris qui ont reconnu Baba, si cela est plus facile que les autres, cela l'est tout de même moins que pour ceux qui n'ont pas reconnu Baba, car ils doivent nettoyer les sanskars des vies passées où le trait de concupiscence est très présent ! Le yoga brûle, nettoie les péchés mais par ce processus fait remonter ce qui est en dessous..

Le processus de purification est quelque chose qui est extrêmement bénéfique puisqu'il concerne l'avenir. Mais parfois, on a l'impression de ne pas être purs du tout, et cela ne parait pas aussi bénéfique à l'esprit.

Il s'agit alors de ne jamais se décourager, de comprendre que ce que l'on voit en nous n'est que temporaire et prêt à être brûlé. Si je conserve ce détachement, si je reste un observateur, je ne me sentirai pas aussi concerné par certaines pensées ou désirs, et je les laisserai passer tranquillement, les abandonnant.

Analyse

कुमार - कुमारियों के लिए तो बहुत सहज है इसलिए नाम भी गाया हुआ है कन्हैया ।
kumār - kumāriyō̃ kē liē tō bahut sahaj hai isliē nām bhī gāyā huā hai kanhaiyā .
kumār - kumārīs - pour - "en fait" - très - facile - est - "pour cette raison" - nom - aussi - chanté - été - est - Kanhaiyā .
C'est très facile en fait pour les kumārs et les kumārīs, pour cette raison on a chanté aussi le nom Kanhaiyā.

इतनी कन्यायें जरूर शिवबाबा की होगी ।
itnī kanyāyē̃ jarūr śivbābā kī hōgī .
"tant de" - "jeunes filles" - certainement - śivbābā - de - seront .
Certainement śivbābā aura tant de jeunes filles.

देहधारी कृष्ण की तो इतनी कन्यायें हो न सकें ।
dēhdhārī kr̥ṣṇa kī tō itnī kanyāyē̃ hō na sakē̃ .
incarné - Kr̥ṣṇa - de - alors - "tant de" - "jeunes filles" - être - "ne pas" - puissent .
Alors, Kr̥ṣṇa incarné ne peut pas avoir tant de jeunes filles.

Définitions

कुमार kumār (sanskrit) n. m.

  1. garçon, jeune homme ; fils
  2. prince ; page ; cavalier
  3. or pur

कुमारी kumārī (sanskrit) n. f.

  1. adolescente, fillette
  2. jeune fille, vierge
  3. myth. np. de Kumārī «Princesse», épith. de not. Durgā

शिवबाबा śivbābā (hindi) n. m.
Composé de : शिव śiva et बाबा bābā

  1. Père Shiva
  2. Père le Bienfaisant, Père le Favorable, Père le Salutaire

कृष्ण kr̥ṣṇa (sanskrit) n. m.

  1. a. m. n. f. kṛṣṇā noir, bleu-noir
  2. m. couleur noire
  3. myth. np. de Kṛṣṇa «le Noir», divinité multiforme ; à l'époque védique, asura représentant les peuples dravidiens, il est de couleur noire ; 9e avatāra de Viṣṇu, il serait né à Mathurā du prince Vasudeva de la lignée yādava et de Devakī ; [Mah.] le cousin de Devakī, le cruel Kaṃsa roi de Mathurā, sachant qu'un fils de celle ci le tuerait, fit tuer ses 6 premiers enfants ; le 7e, Balarāma, s'échappa, et le 8e, Kṛṣṇa, fut élevé en secret par le roi des bergers Nanda et sa femme Yaśodā ; [BhP.] bébé espiègle, il volait le beurre de Yaśodā et était d'une force herculéenne ; enfant, il vainquit les démons Tṛṇāvarta, Agha, Ariṣṭa, Kāliya, Keśī, Baka et Śakaṭa ; il sauva de l'inondation provoquée par Indra le village de Govardhana en élevant sa colline au-dessus de sa tête ; il courtisa des milliers de bergères [gopī] de Vṛndāvana, parmi lesquelles ses favorites étaient Rādhā et Rukmiṇī ; adolescent, il détrôna et tua le cruel roi Kaṃsa son maître fut le sage Sāndīpani ; devenu roi de Dvārakā, il épousa Rukmiṇī en l'enlevant au mauvais Śiśupāla ; il est père de Pradyumna ; il combattit Jāmbavān auquel il prit le joyau Syamantaka ; il épousa Jāmbavatī qui conçut de lui Sāmba ; il épousa Satyabhāmā dont il eut 10 fils, et qui l'aida à vaincre l'asura Naraka et son allié Mura ; il donna sa sœur Subhadrā en mariage à Arjuna ; [Mah.] il participa avec Arjuna à la bataille du Mahābhārata au côté des pāṇḍavās ; au début de la bataille, cocher d'Arjuna, il l'exhorta à accomplir son devoir [karmayoga] en lui révélant sa nature divine dans la Bhagavadgītā ; mais il ne prit pas part lui-même à la guerre, assurant par sa neutralité l'équité du combat ; à la mort de son frère Balarāma, dernier survivant des yādavās, il méditait sur la tristesse de l'existence, lorsqu'il fut tué par la flèche du chasseur Jarā qui l'avait pris pour un daim, et qui l'atteint au talon, seul endroit vulnérable de son corps ; de cette blessure sortit à sa mort un śālagrāma ; on célèbre son anniversaire lors de la fête janmāṣṭamī 
  4. n. obscurité ; noirceur

कन्हैया kanhaiyā (hindi) n. m.

  1. dimin. cher Kānh: un nom de Kr̥ṣṇa.
  2. fig. Brbh. une personne bien-aimée (de sexe masculin).

कन्या kanyā (sanskrit) n. f.

  1. Une fille (pas plus de dix ans), une fille non mariée, une jeune fille, une vierge
  2. une fille (par rapport aux parents)
  3. le signe de la Vierge
  4. un nom de Durgā