Dictionnaire du Murli en français

La construction de ce dictionnaire se base sur les définitions courantes en hindi et en anglais. Beaucoup de mots ou expressions sont redéfinis ou même créés par Baba. D'où l'importance de connaitre ces définitions propres uniquement à cette connaissance. C'est dans le murli que l'on pourra trouver ces redéfinitions ou nouvelles définitions. Il est facile d'en oublier certaines. Il s'agit donc d'un travail en cours susceptible d'évoluer à tout moment.

Mots et expressions anglais

Si vous ne trouvez pas le mot ici, vous pouvez tenter la recherche sur l'ancienne page Mots anglais avec des définitions non revérifiées.

428 mots et expressions anglais prononcés par Baba.

Mots et expressions hindi

Si vous ne trouvez pas le mot ici, vous pouvez tenter la recherche sur l'ancienne page Mots hindi avec des définitions non revérifiées.

1981 mots et expressions hindi prononcés par Baba.

अमृतवेला amr̥tvēlā (sanskrit) n. f.
L'heure du nectar, l'heure avant l'aube, l'heure propice à la méditation ou à la prière.
(sikhisme) heure avant le lever du soleil entre 3h00 et 6h00 du matin.
(Bābā) L'heure de amr̥t, l'heure du nectar, heure de la méditation quotidienne après le réveil, fixée de 4H00 à 4H45 du matin, lorsque l'atmosphère est très pure et que Baba remplit spécialement l'âme de tous les pouvoirs, mais peut-être à n'importe quelle heure entre 2H00 et 5H00 du matin.
अनु जनक anu janak (sanskrit) g.n. m.
Le Janak d'après. Selon la mythologie hindoue, Janak était un roi qui a renoncé à tout en donnant tout à son guru : son royaume, ses biens, son corps et ses organes des sens. Suite à cela, le guru l'a accepté comme disciple et lui a enseigné la voie de la réalisation et de la libération dans la vie. Janak est devenu alors un roi qui a réalisé sa vraie nature tout en continuant son rôle de roi. Il y a donc un Janak d'après, celui qui a obtenu la réalisation et la libération dans la vie.
आप मुये मर गई दुनिया āp muyē mar gaī duniyā (hindi) prop.
(Proverbe) Quand vous mourez, le monde est mort pour vous.
Lorsque nous renonçons à tout l'ancien monde et aux plaisirs mondains par notre esprit, c'est-à-dire que si nous mourons de l'ancien monde, alors, pour nous, le monde entier est mort. Tout comme une personne décédée est libre de toutes les émotions mondaines comme le bonheur et le chagrin, de même un enfant brahmane qui est mort tout en vivant est libre de bonheur et de chagrin, de louange et de punition, peut maintenir l'état d'équilibre.
चन्द्रकांत वेदान्त candrakānt vedānt (sanskrit) g.n. m.
Histoires de Chandrakant basées sur le Vedanta d'Ichcharam Suryaram Desai ((n'existe qu'en gujarati et hindi).
Chandrakanta est un livre de philosophie Vedanta écrit par Ichcharam Suryaram Desai. Il est écrivain, anthologiste et journaliste. Dans ce livre intitulé Chandrakanta, la vie, la connaissance, maya, samkalpa vikalpa, etc. sont abordés à l'aide d'histoires et de bien d'autres manières intéressantes.
दक्ष dakṣa (sanskrit) n. m.
(mythologie hindoue) Dakṣa «Expert (en rituel)», dieu du sacrifice, issu du pouce de Brahmā ; chef des géniteurs [prajāpati], il personnifie le rituel et la magie efficace ; il est père par Asiknī de Satī, l'épouse de Śiva, qu'il refusa d'inviter à un sacrifice dédié à Viṣṇu, car il était impur comme Kapālī ; [VAP.] sous la forme de Vīrabhadra, Śiva détruisit ce sacrifice, dans le feu duquel se jeta Satī ; décapité par le gaṇa, Dakṣa fut rendu à la vie avec une tête de bouc.
धरत परिये धर्म न छोड़िये ڌرت پڑيئي، ڌرم نه ڇوڙيئي. dharat pariyē dharm na chōṛiyē (sindhi) prop.
(Proverbe Sindhi) Mieux vaut être avalé par la terre que renoncer à la religion (devoir ou vertu).
Faites ce que vous devez, advienne que pourra.
(Bābā) Même si vous devez mourir, vous ne devez pas renoncer à votre religion.
(Bābā) Les règles divines sont destinées au développement personnel. Pratiquer les lois divines n'est bénéfique qu'à soi-même. Par conséquent, tout en pratiquant les lois divines, si vous faites face à des situations difficiles où vous devez laisser certaines règles divines, alors il vaut mieux mourir que de renoncer à la religion, c'est-à-dire Dharna.
धर्म dharm (sanskrit) n. m.
Ce qui doit être tenu ou gardé : l'ensemble des obligations religieuses et sociales qu'un Hindou pieux est tenu de remplir, action juste, devoir ; moralité; vertu, vie vertueuse; Justice.
Les observances coutumières de la communauté ou de la secte, etc.
Les prescriptions ou sanctions de la religion ; loi morale.
Religion.
Nature ou caractère particulier ; marche de la vie; mode de vie (par exemple, d'une femme par opposition à un homme, d'un homme par opposition à un jeune); caste.
Le mérite spirituel, comme dérivant de l'accomplissement du dharma.
गोरखपुरी गीता gōrakhpurī gītā (hindi) g.n. f.
Gītā de Gōrakhapur, Gītā publié par Gita Press de Gorakhpur. Gorakhpur est situé dans la partie orientale de l’État de l’Uttar Pradesh, en Inde. Gorakhpur est célèbre comme centre religieux, la ville abritait des saints bouddhistes, hindous, jaïns et sikhs et porte le nom du saint médiéval Gorakhnath. La presse Gita de Gorakhpur publie Gita, Ramayana, Upanishads, Puranas, Discours de saints éminents et d'autres livres et magazines de formation du caractère et les commercialise soit gratuitement, soit à des prix hautement subventionnés.
हिन्दुस्तानी هندوستاني hindustānī (persan) adj.
Indien, appartenant aux régions centrales de l'Inde, en particulier Uttar Pradesh.
Un Indien, originaire de l'Inde ; originaire de l'Uttar Pradesh.
Un style théoriquement existant de la langue hindi qui est censé être constitué de mots courants et simples de quelque source que ce soit et qui n'est ni trop biaisé en faveur des éléments perso-arabes ni n'a de place pour un vocabulaire sanscrit trop sophistiqué.
जीवनमुक्त jīvanmukt (sanskrit) adj.
phil. [«délivré vivant»] qui a accompli la libération spirituelle de son vivant (et peut ainsi vaquer aux affaires du monde sans attachement et sans souillure, et s'abstenir des rites et des devoirs de sa caste) ; il observe le présent avec indifférence.
(hindouisme) adj et n.m. Exonéré tout en vivant des naissances futures ou des transmigrations et de toutes les cérémonies rituelles. Celui qui est ainsi exonéré.
(Bābā) Délivré vivant (à l'âge de la rencontre avec Dieu, ou aux âges d'or et d'argent)
कल्प kalp (sanskrit) n. m.
(hindouisme) Grand cycle cosmologique de la création, où l'Univers matériel est créé, se dégrade et est annihilé lors du kalpānta
(hindouisme) Période cosmologique d'un jour (demi-journée) de Brahmā, durée d'une création de l'Univers, valant 1000 grandes ères [mahāyuga] (environ 4,32 milliards d'années) ; chaque kalpa se compose de 14 ères de Manu [manvantara] 
(Bābā) Grand cycle cosmologique de la création, où l'Univers matériel est créé dans son état de pureté maximale, se dégrade et est ensuite détruit et récréé (transformation et non annihilation).
(Bābā) période cosmologique d'un jour (paradis pendant 2500 ans) et d'une nuit (enfer pendant 2500 ans) de Brahmā, durée d'une création de l'Univers, valant 5000 ans.
कौरव kaurav (sanskrit) n. m.
(hindouisme) Les descendants du roi Kuru, représentant le parti vaincu parmi les belligérants de la grande guerre indienne : le Mahābhārat.
Personnages du "Mahabharata", un symbole de personnes qui n'ont pas d'amour pour Dieu, dont l'intellect est détourné de Dieu.
Les Kauravas, ceux qui prétendent être religieux mais mènent une vie vicieuse. Baba utilise ce mot pour désigner les résidents conscients de leur corps de Bharat (à la différence des Yadavas, les Européens ou Occidentaux).
मंगलम् भगवान् विष्णु maṅgalam bhagvān viṣṇu (sanskrit) prop.
maṅgalam bhagavān viṣṇuḥ maṅgalam garūṇadhvajaḥ maṅgalam puṇḍarī kākṣaḥ maṅgalam tanō hariḥ
Inclinez-vous devant le Seigneur Vishnu, inclinez-vous devant celui qui a Garuda comme véhicule. Inclinez-vous devant celui qui a des yeux comme les fleurs de lotus, Inclinez-vous devant Hari.
Ce Vishnu Mantra (pour la tranquillité d'esprit) est chanté avant de célébrer chaque tradition de bon augure, notamment lors des cérémonies de mariage. Les fidèles croient que chanter ce mantra détruit les obstacles financiers et mène au progrès.
नार ناعورة nār (arabe) n. m.
(peut-être) La roue persane (ou araghatta, ou saqia, ou pompe à seaux) est un appareil d'élévation permettant d’extraire l’eau d’un puits en utilisant la traction animale, une succession de récipients se remplissant au fond et se vidant en surface, souvent pour alimenter un réseau d'irrigation des terres. Parce qu’elle n’utilise pas la puissance de l’eau qui coule, la roue persane est différente d’une noria et de tout autre type de roue hydraulique.
(peut-être) La noria (arabe : ناعورة, nā‘ūra) appelée également roue d'irrigation ou roue à godets désigne originellement une machine hydraulique permettant d'élever l'eau en utilisant l'énergie produite par le courant, afin d'irriguer des cultures vivrières ou alimenter des aqueducs.
पड़ना paṛnā (hindi) v.
Tomber, choir.
Être allongé, s'allonger.
Arriver; se produire; se passer.
Être impliqué; être frappé.
(Après l'infinitif non fléchi d'un autre verbe, paṛnā, comme honā, signifie « devoir » ; par exemple usko jāne paṛā, « il devait partir » ; — annexé à la base de certains verbes neutres, il forme des intensifs, comme gir-paṛnā, « tomber » ; — annexé à la base d'un verbe transitif, il a généralement le sens de honā, comme dekh paṛnā, « être vu », « devenir visible »).
सालिग्राम sāligrām (hindi) n. m.
(hindouisme) Pierre sacrée vénérée par les Vaishnavas et supposée être imprégnée de la présence de Vishnu (c'est une pierre noire contenant de l'ammonite fossile).
(Bābā) Une pierre de forme ovale, symbole d'une âme. Sur le chemin de bhakti, les gens adorent les saligrams, c'est-à-dire les âmes dans leur état d'origine, lorsqu'elles sont absolument pures, pleines de toutes les vertus divines et donc dignes d'adoration. Les saligrams sont également vénérés parce qu'ils ont aidé l'âme suprême dans la tâche de transformation du monde.
(Bābā) Une petite pierre de forme ovale adorée avec le Shiva Lingam, symbolique des âmes proches de Shiva.
शंकर śaṅkar (sanskrit) n. m.
(hindouisme) 'faisant le bonheur', Une épithète de Śiv ou Mahādev.
(hindouisme) L'annihilateur de l'univers.
Nom d'un célèbre professeur de la philosophie Vedānta (c'était un homme d'un savoir et d'une sainteté remarquables ; et est censé avoir vécu entre 650 et 740 après J.-C. ; mais selon la tradition, il a prospéré en 200 avant J.-C. : il aurait éradiqué la secte Jain. )
(Bābā) La divinité subtile représentant la destruction, faisant partie de la trimurti avec Brahma et Vishnou.
संस्कार saṅskār (sanskrit) n. m.
Impression ou empreinte de l'état d'esprit. Il y a les saṅskār innés, inhérents à l'âme et les saṅskār acquis. Quand l'âme fait une action, un saṅskār acquis est formé. Ce saṅskār nous incite ensuite à la même action (avec le même état d'esprit) dans des circonstances similaires par exemple. Les traits de caractère sont des saṅskār. Ces saṅskār font parti de l'âme et non du corps comme beaucoup le croient. Ils s'accumulent donc sur plusieurs vies.
सरस्वती sarasvatī (sanskrit) n. f.
(hindouisme) L'épouse de Brahmā, la déesse de la parole et de l'éloquence, la patronne de la musique et des arts, et l'inventrice de la langue sanskrite et du caractère Devanāgarī.
(Bābā) Déesse de la connaissance. Mama est nommée Jagadamba Saraswati (Mère du monde) par Shiv Baba.
La rivière Sarsūtī (elle prend sa source dans les montagnes limitant la partie nord-est de la province de Dehlī, et, courant vers le sud-ouest, se perd dans les sables du grand désert ; selon les Hindous, cependant, le fleuve ne disparaît qu'à cet endroit, et, continuant son cours sous terre, rejoint le Gange et le Jamna à la jonction d'Allahabad).
Un fleuve (généralement).
Discours, éloquence.
Une femme excellente, une femme éloquente ou inventive.
Un nom de Durgā.
Une vache.
शिव śiv (sanskrit) n. m.
Bienfaisant, favorable, propice, salutaire, de bon augure, auspicieux.
Bien-être, prospérité, bonheur.
(hindouisme) Confondu avec Śaṅkar. Nom du troisième dieu de la triade hindoue, la Divinité en caractère de producteur ou destructeur (la fonction la plus distinctive de Śiva est de présider à la dissolution du monde à la fin de chaque éon afin qu'il soit recréé), ou le Temps personnifié.
(hindouisme) L'emblème phallique ou de pilier de Śiva.
(hindouisme) La semence représentée sous forme d'un point (dans le Tantra).
(Bābā) Le nom de l'Être suprême L'Auspicieux, le Bon, le Bien-être, etc. qui fait son travail de Création, de Soutien et de Destruction du Monde à travers la trimūrti Brahmā, Viṣṇu et Śaṅkar trois divinités subtiles créées par Dieu dans le monde subtil.
(Bābā) La Semence ou Graine de l'Arbre du Monde Humain.
(Bābā) Le Point. Il est l'Âme suprême et donc a la forme d'un point comme n'importe quelle âme. Comme il est incorporel, on l'a représenté avec une forme de pilier ou plus anciennement d’œuf. La dégradation de la dévotion a amené les hindous à y voir une représentation phallique symbolisant le rôle Créateur de Dieu et d'autres à transgresser les règles de conduite hindoue (tantra de la voie gauche) où la sexualité est permise et vénérée comme une activité divine.
सोमनाथ sōmnāth (sanskrit) n. m.
« le seigneur de Soma, la divinité créée par Soma ou la Lune » ; nom d'un Ling célèbre, c'est-à-dire emblème en forme de colonne de Śiv ou Mahādev, ou lieu ou temple où celui-ci était érigé (ce temple était établi dans la ville de Somnāth-pattan, et était l'un des douze temples au Linga célèbres qui, en diverses régions de l'Inde, sont tenues dans une vénération particulière ; elle était si célèbre pour sa splendeur et son énorme richesse, qu'elle attira l'attention du célèbre Maḥmūd de Gaznī, qui, en 1024 après J.-C., sous prétexte de détruire ses idoles, enleva ses trésors et ses portes renommées).
श्री śrī (sanskrit) n. f.
Un adjectif honorifique préfixé aux noms masculins ; M.
Richesse, trésor, prospérité.
Éclat, splendeur.
myth. np. de Śrī «Fortune», épith. de Lakṣmī, déesse de la prospérité, épouse-śakti de Viṣṇu ; elle est dite issue du barattage de la mer de lait primordiale, ou bien fille de Bhṛgu et Kyāti ; elle est la patronne du commerce.
(devant noms propres ou d'ouvrages) excellent, splendide ; honorable, éminent ; fameux, célèbre, illustre ; saint, vénéré, sacré.
यज्ञ yagya (sanskrit) n. m.
Parfois, Baba dit aussi que Prajapita Brahma Kumaris World Spiritual University c'est le feu sacrificiel impérissable de la connaissance créé par Dieu, Rudra, dans lequel un cheval est sacrifié pour atteindre le royaume.
Le mot "yagya" signifie "feu sacrificiel" Les Yagyas sont normalement conduits pour se protéger contre les calamités naturelles, les guerres, pour faire de la pluie, etc.
Ashwamedh yagya (où un cheval est sacrifié) est mentionné dans les écritures anciennes Un rituel qui y est décrit est exécuté par un roi (raja) qui s'efforce de devenir un grand roi ou un empereur (maharaja). Avant que le yagya ne soit conduit, un cheval est placé libre de se promener où bon lui semble pendant quelques mois ou un an Si les habitants des terres traversées par le cheval le laissent traverser leur territoire sans aucune entrave, cela signifie qu'ils acceptent la domination du raja sur eux. De cette façon, le raja devient un chakravarti raja (littéralement - le souverain du globe entier).
Dans les murlis de Baba, le mot "yagya" signifie souvent cette université divine, ou ce système de transmission de la connaissance et de fourniture de la subsistance de Dieu, créé par Baba à l'âge de la Confluence. Chaque lieu de service de Baba est le yagya. Madhuban est souvent appelé Mahayagya (le Grand Yagya)