बोझ bōjh

बोझ bōjh (hindi)

Charge, fardeau.

Définition complète

बोझ bōjh (hindi) n. m.

  1. Charge, fardeau.

Origine de la définition

बोझ bōjh (hindi)

  1. n.m. un fardeau; une charge.
  2. -उठाना supporter ou transporter un fardeau/une charge ; assumer une responsabilité.
  3. -उतरना être soulagé d'un fardeau; être déchargé d'une responsabilité.
  4. -उतारना décharger ; faire en sorte d'être libre; se débarrasser d'un fardeau/responsabilité.

Source

बोझ bōjha bojh (nm) a burden; load; -उठाना to bear or carry a burden/load; to undertake a responsibility; -उतरना to be relieved of a burden; to be relieved of a responsibility; -उतारना to unload; to cause to be free; to get rid of a burden/responsibility.

Traduit du Dictionnaire Caturvedi (1970)

बोझ bōjh (hindi)

  1. n.m. Charge, fardeau, paquet (de grain ou d'herbe, etc.).
  2. Poids.
  3. Charge de grain dans la paille (autant que possible sur la tête).
  4. Ballast (d'un bateau ou d'un navire).
  5. Cargaison, chargement, fret.
  6. Poids, importance, gravité.
  7. Inconvénient, frein, fardeau, charge de difficulté, responsabilité, obligation.

Source

H بوجهہ बोझ bojh, = H بوجها बोझा bojhā, [S. ऊढः, or वोढ, or अपोढ; rt. वह्], s.m. Load, burden, bundle (of grain, or grass, &c.); weight; load of grain in the straw (as much as can be carried on the head); ballast (of a boat or ship); cargo, lading, freight; weight, importance, gravity; incumbrance, drag, onus, difficulty burden, responsibility, obligation.

Traduit du Dictionnaire Platts (1884)

Traduction usuelle

  1. fardeau

Traduction proposée

  1. charge
  2. fardeau

Date de création

jeudi 25 février 2021

Date de mise à jour

samedi 16 décembre 2023

Point mentionnant la définition

dimanche 29 août 2021

Quand quelqu’un a un corps lourd ou porte un fardeau, il ne peut pas facilement mouler son corps, l’adapter, comme il le voudrait. De même, si quelqu’un a un intellect lourd, (grossier, qui manque de subtilité), s’il a dans son intellect un fardeau de gaspillage ou de saletés, s’il a une impureté ou une autre, cette personne ne pourra pas mouler, adapter, son intellect quand ce sera nécessaire. C’est pourquoi, un intellect très propre, profond, c’est-à-dire extrêmement subtil, divin, sans limite et vaste est nécessaire. Seuls ceux qui ont un tel intellect pourront faire l’expérience de toutes les relations quand ils le voudront et feront également l’expérience de leur forme en fonction de la relation.